Les cités romaines

Les cités romaines

L’expansion de Rome entraîna une forme particulière d’organisation sociale : la cité romaine. Dans la continuité de la culture de la cité-État méditerranéenne, la civitas fut en effet une modalité territoriale formée par un ou plusieurs centres urbains et son territoire, dont l’adjonction structurait tout l’Empire. Organisée autour d’une communauté de citoyens qui la dirigeait elle-même, le populus, elle jouissait d’une certaine autonomie sous un même droit de cité. Matérialisations de cette communauté, édifices et monuments représentaient par excellence l’urbanitas, la vie urbaine. L’urbs fut donc un lieu de socialisation, mais aussi un centre de décisions. En jeu ? La res publica, c’est-à-dire les biens et les intérêts communs de la cité, eux-mêmes fonction des intérêts du reste de l’Empire. Remontant aux origines de notre propre conception de la citoyenneté, Ricardo González-Villaescusa fait renaître de leurs ruines ces lieux centraux qui facilitaient la circulation des personnes, des marchandises et de l’information, ayant créé un grand réseau urbain et, dans les périphéries de l’Empire, une multitude de petites Rome.