Architecture

Laboratoires

Laboratoires

Archam

ArchAm - L’UMR 8096 « Archéologie des Amériques » (ArchAm) étudie les sociétés anciennes de plusieurs ensembles géoculturels du double continent américain - principalement en Mésoamérique, dans les Andes, le bassin amazonien, l’arc Caraïbe, et l’Arctique/Subarctique -depuis les premiers peuplements jusqu’au contact avec le monde occidental. ArchAm trouve son unité autour de questionnements communs qui, à travers les vestiges matériels et un fort ancrage sur le terrain, cherchent à apprécier diverses facettes des sociétés anciennes des Amériques : systèmes de peuplement et adaptation aux environnements, formes d’organisation sociale et politique, systèmes techno-économiques, visions du monde et pratiques rituelles. Les recherches s’inscrivent dans des programmes interdisciplinaires développés en collaboration étroite avec les institutions des pays hôtes en charge des patrimoines archéologiques et de la recherche, ainsi qu’avec de nombreux partenaires scientifiques internationaux.


Arscan

ArScAn - Le laboratoire Archéologies et sciences de l'Antiquité, traite des mondes préhistoriques, anciens et médiévaux, du paléolithique ancien au Moyen-Âge, sur cinq continents. Le laboratoire associe archéologues et historiens d'art, philologues, épigraphistes et historiens. Les humanités numériques, l'archéologie environnementale, l'archéométallurgie, les collections de référence et plateformes expérimentales, les systèmes d'information et de traitement sophistiqués tiennent une grande place dans la recherche. L'activité est particulièrement intense en France et Europe du Nord, sur le pourtour méditerranéen, au Moyen-Orient et en Asie centrale, en Océanie et Amérique du Sud. Forte de plus de 200 permanent(e)s, 250 doctorant(e)s et de nombreux postdocs et collaborateurs extérieurs, ArScAn, organisée en 14 équipes et 15 programmes collectifs, a pour tutelles le CNRS, les Universités Paris 1 et Paris Nanterre et le ministère de la Culture, et l'Université Paris 8 et l'Inrap pour tutelles secondaires.


ISP

ISP - L’Institut des sciences sociales du politique (ISP) est une unité mixte de recherche du CNRS (UMR n° 7220) implantée sur les campus de l’Université Paris Nanterre et de l’École normale supérieure Paris-Saclay (anciennement ENS Cachan). Rattaché à l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS, l’ISP dépend des sections 40 (Politique, pouvoir, organisation), à titre principal, 36 (Sociologie et sciences du droit) et 33 (Mondes modernes et contemporains) du Comité national de la recherche scientifique.L’activité de recherche de l’ISP croise différentes approches de sociologie et d’histoire politiques afin de contribuer à la constitution d’une sociologie de la construction démocratique.

 

 


LAVUE

Lavue - Le Laboratoire Architecture Ville Urbanisme Environnement (LAVUE) est un laboratoire de recherche en sciences sociales, spécialiste des questions liées aux mondes urbains et à leur transformation, au Nord comme au Sud. Y sont abordés les enjeux contemporains des territoires (péri)urbains dans une perspective résolument pluridisciplinaire puisque collaborent des chercheurs et doctorants géographes, sociologues, anthropologues, architectes ou encore urbanistes et historiens. Les modes de fabrication et de renouvellement de l’urbain et du périurbain, le développement des inégalités comme des pratiques d’émancipation sont au cœur de questionnements toujours envisagés dans la perspective de contribuer au débat public. Des thèmes de recherche variés sont ainsi abordés toujours dans une perspective à la fois critique et qui accorde une grande importance au sens donné par les acteurs - citadins ou professionnels - à leurs pratiques et à leurs projets. Le Lavue est une UMR créée en 2010, qui associe au CNRS les Universités Paris Nanterre et Paris 8 Vincennes Saint-Denis, et le Ministère de la Culture.


LESC

Lesc - Fondé par Éric de Dampierre en 1967, le Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (Lesc) est une unité mixte de recherche du CNRS et de l’université Paris Nanterre (UMR 7186). Les travaux développés au sein de ce laboratoire d’anthropologie à vocation généraliste associent constamment réflexions théoriques et enquêtes de terrain couvrant toutes les régions du monde. Le laboratoire inclut deux centres spécialisés, le Centre de recherches en ethnomusicologie (Crem) et le Centre Enseignement et recherche en ethnologie amérindienne (Erea), ainsi qu’un Pôle documentaire, réunissant notamment la Bibliothèque Éric-de-Dampierre, où sont déposés plusieurs fonds d’imprimés et d’archives scientifiques, et les Archives sonores du CNRS – Musée de l’Homme. Recherche et formation y sont associées via l’enseignement en licence et master du Département d’anthropologie de l’université Paris Nanterre et l’enseignement doctoral au sein de l’école doctorale Espaces, Temps, Cultures.


PréTech

PréTech - L’UMR 7055 Préhistoire et Technologie, CNRS / Université Paris Nanterre, est une unité d’archéologie, qui réunit des chercheurs et enseignants-chercheurs, des ingénieurs et des techniciens de différentes institutions (CNRS, Paris Nanterre, MCC, Collectivités territoriales, INRAP), des doctorants et des post-docs européens ou extra-européens. L’objet central de recherche du laboratoire est l’approche des sociétés du passé, de la préhistoire la plus ancienne aux périodes historiques, privilégiant l’étude des techniques au sens large. La recherche méthodologique, le développement des concepts et la mise au point des outils d’analyse, ont toujours été au cœur des recherches communes, l’unité a contribué de façon essentielle à l’élaboration de la technologie, telle qu’elle a été mise en œuvre en France. Cette recherche s’appuie sur des référentiels expérimentaux, ethnoarchéologiques ou naturalistes. Ils sont produits et conservés au sein du laboratoire sous forme matérielle et virtuelle.


Trajectoires

Trajectoires - Les trajectoires historiques des sociétés depuis le début de leur sédentarisation jusqu’à l’émergence des premiers États (VIIème-Ier millénaires av. J.-C.) constituent la thématique de recherche privilégiée du laboratoire.Partant des dernières sociétés de chasseurs-cueilleurs-pêcheurs (Mésolithique) en contact avec les premières sociétés d’agriculteurs éleveurs en cours de sédentarisation (Néolithique), pour s’arrêter à l’instauration des premières sociétés à État (Âges des Métaux), ce large champ chronologique appréhende les processus de mise en place d’une série de mutations qui vont façonner nos sociétés jusqu’à la Révolution industrielle, voire au-delà : spécialisation des activités économiques, appropriation des territoires, stratification sociale verticale et pérenne, contrôle des réseaux d’échanges et de distribution, migrations et colonisations. La chronologie couverte comprend la fin du Mésolithique, le Néolithique, le Chalcolithique, l’Age du Bronze, l’Age du Fer et explore également le XXème siècle.