Vix et le phénomène princier

Vix et le phénomène princier

Actes du colloque de Châtillon/Seine, 2016
Ausonius Éditions, collection DAN

Vingt ans après le colloque de Châtillon-sur-Seine sur les éphémères principautés celtiques, au cours duquel de vives critiques du modèle canonique des résidences princières des VIe et Ve siècles s’étaient exprimées, il était important de réexaminer la question à la lumière des spectaculaires découvertes effectuées depuis lors. Pour l’opinion qui était à l’époque devenue majoritaire, le modèle proposé par W. Kimmig accordait à ces sociétés un niveau de complexité politique trop élevé et leur prêtait des relations trop fréquentes et régulières avec des Cités-États grecques et étrusques.

Les découvertes récentes, à Vix, la Heuneburg, Bourges, Ipf, ou Lyon, ont conduit nombre de chercheurs, parfois les mêmes, à complètement inverser leurs critiques initiales en considérant ces grands établissements comme des centres urbains. Nous avons souhaité faire le point sur la documentation désormais disponible, mais trop partiellement connue, en donnant la possibilité de croiser les données à trois échelles à la fois spatiales et chronologiques. Il s’agit de l’échelle microscopique des composants physico-chimiques des objets fabriqués, et biologiques des restes végétaux et animaux conservés. Il s’agit aussi de l’échelle mésoscopique des établissements dans leur environnement local, juste avant, pendant, et juste après le phénomène social étudié. Il s’agit, enfin, de l’échelle macroscopique qui s’applique à l’ensemble culturel observé et aux sociétés alentour avec lesquelles des relations étaient entretenues.

L’ouvrage donne ainsi l’occasion de prendre connaissance des méthodes et théories mises en application pour obtenir, comparer et interpréter les faits, et de confronter les argumentaires.


Patrice Brun, professeur de protohistoire européenne (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR ArScAn-TranSphères).
Bruno Chaume, chargé de recherche au CNRS (UMR ARTEHIS, Directeur du PCR Vix et son environnement).
Federica Sacchetti, Ingénieure de recherche au Ministère de la Culture (UMR Centre Camille Jullian).