Workshop Amours Augmentées

Workshop Amours Augmentées

Trois regards croisés sur ce qui pousse les humains à désirer ou aimer des statues, des robots, des plantes, des animaux…


Programme


14h00-14h10
Accueil / Introduction
Irene Maffi, Professeure d’anthropologie culturelle et sociale, STS Lab / ISS UNIL.

14h10-14h45
"Peut-on s’éprendre de tout (et de n’importe quel robot) ?"
Agnès Giard, anthropologue, chercheuse rattachée au Sophiapol (Université de Paris Nanterre), membre du groupe de recherche EMTECH (Freie Universität Berlin).

14h45-15h20
"La cuisine des maris – ou comment mettre Pygmalion au féminin"
Federica Tamarozzi, anthropologue, conservateur responsable du Département Europe au Musée d’Ethnographie de Genève (MEG).

15h20-16h00
"Les amours végétales des phytomorphes pervers"
Dominique Brancher, professeure ordinaire de littérature française ancienne à l’Université de Bâle (Philosophisch-Historische Fakultät, Séminaire d’études françaises).


Résumé

Dans la lignée LGBTQI+, de nouvelles catégories de personnes réclament le droit à la reconnaissance. Amoureuses d’un pont, d’une machine, d’une valise ou d’une idole numérique, elles questionnent les normes d’appariement qui prévalent dans leurs environnements sociaux. Leurs liaisons suscitent des inquiétudes dont les autorités elles-mêmes se font l’écho. Des commissions d’éthique se mettent régulièrement en devoir d’étudier le cas des objets jugés « trop » attachants et posent la question : faut-il en interdire la production ? Dans son numéro « Amours Augmentées », la revue d’anthropologie Terrain propose d’éclairer les débats publics actuels en examinant de manière comparative des cas de « partenaires » sentimentaux et / ou sexuels qui ne sont pas humains. Les poupées high-tech ne sont pas les seules créatures susceptibles de créer du trouble ainsi que trois contributrices à Terrain le montreront.