Photo de M. Gutierrez

Projets de l'axe « Transitions »

Projets de l'axe « Transitions »

PROJETS SOUTENUS PAR LA MSH Mondes

iNSTaNT : Néolithique ancien, Systèmes TechNiques, Transition (2018)
Responsable scientifique : Solène Denis (Post-doctorante, Université de Namur et UMR 7055 PréTech) et Louise Gomart (UMR 8215 Trajectoires

La fin du Néolithique ancien en Europe centre-occidentale : de l’approche intégrée du système technique aux dynamiques socio-culturelles d’une transition historique majeure (du 6ème   au 5ème millénaire av. n. ère).

Résumé du projet : Les recherches sur la transition néolithique en Europe continentale au cours du 6ème millénaire avant notre ère s’accordent sur l’idée d’une diffusion des modes de vie agricoles via un rapide processus de colonisation de la Transdanubie (Hongrie) à la Normandie, caractérisé archéologiquement par la culture dite du Rubané. Mais, à la charnière des 6ème et 5ème millénaires avant notre ère, le Rubané dans toute son aire d’extension se morcelle, selon des mécanismes encore mal compris, en une mosaïque de groupes culturels : ceux-ci marquent une période de fragmentation et de fragilisation du système rubané qui aboutira à la fin du Néolithique ancien en Europe tempérée. Dans toute l’Europe continentale, les groupes culturels « post-rubanés » marquent donc une période de transition, un« entre-deux » entre le Néolithique ancien et le Néolithique moyen (Demoule 2010). Dans le cadre du présent projet, c’est cet « entre-deux », qui marque le basculement entre deux systèmes socioéconomiques radicalement différents, que nous explorerons. L’objectif de ce projet est de dépasser la définition de la culture rubanée et des groupes «post-rubanés» reposant sur des catégories stylistiques de vestiges, en interrogeant cette transition historique à la lumière d’une approche globale du système technique, réservoir d’informations sociales, économiques et identitaires. L’analyse intégrée de trois catégories de matériel ciblées nous permettra de raisonner sur les rapports d’identité entre les communautés rubanées et «post-rubanées», avec un niveau de résolution inédit. Notre démarche dépasse la seule caractérisation stylistique des productions matérielles, pour les appréhender en termes de traditions techniques, de transmission intergénérationnelle des savoirs et donc de liens sociaux.

Équipe(s) partenaire(s) : C. Hamon (UMR 8215), P. Allard (UMR 7055), M. Ilett (UMR 8215), L. Burnez-Lanotte (Université de Namur), E. Goemaere (Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique), I. Deramaix (Agence wallonne du Patrimoine (AWAP), N. Cayrol (INRAP), M. Zeebroek (ASBL Recherches et Prospections archéologiques en Wallonie), A. Zanotti (Université Rennes 2

Durée du projet : 24 mois (2019-2020) - Budget : 6 000 euros

Entre transition et identité propre : le début du 3e millénaire avant notre ère en Mésopotamie et la place de la période Dynastique Archaïque I (2017)
Responsables scientifiques : Camille Lecompte (UMR 7041 – ArScAn – VEPMO) et Giacomo Benati (Université de Bologne – Dipartimento di Storia Culture Civiltà)

Résumé du projet : Le projet propose de mener une recherche centrée sur le cas de la cité d’Ur et des textes « archaïques » qui y furent retrouvés, les seuls significatifs à cette fin, qui visera à cerner dans sa globalité les modalités et les limites du concept de transition historique. Cette recherche reposera sur le croisement du traitement des données archéologiques et des données textuelles, méthode qui nous a déjà permis de mieux définir le contexte de découverte des archives écrites et surtout de cerner certains aspects de l’organisation du système administratif de cette cité. Nous considérerons les aspects relevant de la culture matérielle par l’étude de l’architecture, des scellements, des divers artefacts archéologiques provenant du temple du dieu Nanna. Il s’agira, dans ce cadre, de comparer les pratiques administratives, notamment l’usage des scellements, avec celles des périodes antérieures et postérieures.

Équipe(s) partenaire(s) : Pascal Butterlin (UMR 7041 – ArScAn –  VEPMO)

Durée du projet : 24 mois (2017-2018) - Budget : 6 000 euros

NEORYTHM. Du néolithique pré-céramique au néolithique céramique : mécanismes et rythmes d’une transition historique majeure au Levant Sud (7ème millénaire av. J.-C.)
Responsables scientifiques : Fanny Bocquentin (UMR7041, ArScAn – ethnologie préhistorique) et Julien Vieugue (UMR7055, PréTech)

Résumé du projet : L’objectif de ce projet est de mieux cerner la nature, l’ordre et le rythme des changements socio-économiques et symboliques durant la transition du Néolithique pré-céramique au Néolithique céramique au Levant Sud (7ème millénaire av. J.-C.). Ce passage représente une étape décisive dans l’histoire des populations levantines. Il traduit non seulement une transition socio-économique marquée par l’adoption généralisée de la poterie mais aussi une transition symbolique matérialisée par le développement spectaculaire des figurines.

Le projet propose deux volets qui permettront d’amorcer une étude dynamique du processus évolutif : un recadrage chronologique d’une part, une étude comparative intégrée de certains éléments clés de la culture matérielle du Néolithique pré-céramique et de la première entité du Néolithique céramique d’autre part.

Équipe(s) partenaire(s) : Yosef Garfinkel (Université Hébraïque de Jérusalem), Omry Barzilai (Office des Antiquités Israéliennes), Anna Eirikh-Rose (Office des Antiquités Israéliennes), Ferran Borrell (Université autonome de Barcelone), Louise Gomart (CNRS-Université de Nice), Marie Anton (Université Paris 1)

Durée du projet : 24 mois (2017-2018)

Budget : 6 000 euros